archives dernier trimestre 2013

Pas le temps de mettre à jour, donc on archive en bloc le passé et on essaye de repartir sur de bonnes bases ...

Les années 30

Je déteste les buffets des années 30 car j'en ai trop vu. Le même style pour tous à quelques variantes près. Pas vraiment de style, Des portes bombées, des poignées art déco en fer blanc. Tout ce que je déteste. L'autre jour, quand je suis passée devant le dépôt-vente qui était fermé pour la pause déjeuner, j'ai remarqué un de ces buffets sur le trottoir attendant le passage des encombrants. Les dépôts ventes ne prennent plus ces buffets qui, dans l'état, sont invendables; du coup les gens les laissent sur place pour la poubelle. Patinés, il peuvent être sympas même si le style transparaît un peu trop à mon gout. 
Je me suis arrêtée et je l'ai scruté. Dommage de jeter un tel meuble en bois massif. Du vrai, du costaud. Mais comme je n'ai pas de place et pas d'atelier, je ne peux me permettre d'entreposer un tel meuble même si je serais bien curieuse de le voir customisé. Ca m'aurait bien plu de le faire. Que faire ensuite si personne n'en veut ? S'il est invendable ou même indonnable? A la maison, tout est millimétré. Je n'ai plus de place !!!
Je me suis finalement décidée à prendre la partie du haut ornée d'un magnifique fronton. Du moins, j'ai tenté. Ma petite Clio aurait été un peu juste mais je pense qu'il y serait rentré ... avec un chausse pied ! Ce n'est sans compter sur un autre problème : le poids ! Ca pèse un âne mort ces trucs !  Je n'ai pas pu le soulever d'un iota :! Je suis remontée dans ma voiture, un peu contrariée par tant d'impuissance  et je suis rentrée à la maison laissant le meuble sur place. J'ai, bien sur, retourné dans ma tête la situation et j'ai appelé ... mon Zom !!! Quand il rentrerait ce soir si il avait de la place... s'il avait envie... si... si ... Il sait, en général que ma façon polie et pleine de prévenance de lui demander un service est en fait un ordre déguisé !:!! Embarrassé 
Le soir même, le haut du meuble était à la maison !!! Le lendemain, j'y suis repassée pour démonter les ferrures et les poignées. Les poignées étant indémontables comme ça. J'ai donc décidé de dégonder les portes et de les emmener. J'ai ensuite démonté les charnières qui étaient restées sur la partie basse du corps. Quelqu'un était passé avant moi et avait déjà embarqué une poignée. Je ne suis pas la seule vautour ! Il fallait que j'emmène tout ce que je voulais maintenant ! Tout a été rangé dans un petit sac à zip et répertorié Cela me servira peut être un jour. Les poignées, même si elles sont Art déco,  ont beaucoup de charme car elles sont ornées d'une fleur au centre. 
Le lendemain, j'y suis encore repassée. Histoire de vérifier que j'avais pris tout ce qui était récupérable et réutilisable. Et non, il restait de jolies chutes de roses sculptées comme le fronton de la partie haute du meuble. Philippe me les a donc ramenées le soir. Il lui a juste suffit de soulever  le plateau (duquel les marbres avaient été aussi récupérés par quelqu'un) et de prendre  les deux  montants ornés de ces chutes de roses. Mais... il reste encore un fronton en bas ? !!! Là il faudra que je me débrouille car je pense que j'ai déjà beaucoup abusé. Qu'à cela ne tienne. je suis allée au dépôt vente. je connais très bien les vendeurs. Je leur ai demandé à récupérer le fronton Innocent et j'ai même récupéré une clé qu'ils avaient dans leur réserve ! Ils m'ont même prêté un tournevis. le fronton était juste pointé. Trop bien. J'en ai profité pour récupérer les parties mâles des charnières à pivot que j'avais oubliées.
Ce matin, on a tout découpé. Trois longues heures de travail. On a gardé toutes les parties sculptées, toutes les planches des étagères en chêne ou noyer (je ne suis pas douée pour reconnaître les essences de bois)  massif. On a démonté les miroirs biseautés. Mis soigneusement de coté la porte de la vitrine au verre biseauté. On a scié le dessus de ce meuble. Pourquoi ???
J'ai plusieurs projets :
* La partie vitrine du milieu du meuble va devenir une petite vitrine patinée. On réutilisera les parois travaillées des cotés pour habiller les cotés de la vitrine.  
* Le cadre qui entourait le miroir du fond a été soigneusement démonté et il deviendra un miroir avec le beau miroir biseauté. On se servira d'un des frontons pour l'habiller. 
* Les pieds façon pieds de piano deviendront des pieds de lampe.
* Les chutes de roses des montants qui sont très épais, deviendront des pieds de lampes surement. On a gardé que la hauteur correspondant aux chutes de roses sculptées.
* Toutes les sculptures de roses et   chutes de roses rejoindront ma réserve pour agrémenter en temps voulu des projets futurs.
Je sais c'est triste qu'un tel meuble, dont les traits de crayons, présents un peu partout, témoignent du fait qu'il a probablement été fait par un ébéniste, finisse en pièce détachées. Je pense néanmoins que si je n'avais pas récupéré le dessus de ce meuble, il aurait été démonté de toutes façons par d'autres à des fins de récupérations ... Une autre histoire l'attend...
Une photo avant ???? Embarrassé
p7160457-1.jpgp7160458-1.jpgCe fronton, je le trouve EX-TRA-OR-DI-NAIRE. Pas vous ???? Quel travail d'ébénisterie ... Remarquable ! 
p7160461-1.jpg
Aujourd'hui, nous y sommes repassés. il faut dire que le dépot vente est situé à coté de notre grande surface habituelle donc nous y passons souvent. Le reste du bas du meuble était adossé à la poubelle avec au dessus un autre meuble. Rien de trop intéressant si ce ne sont des verres sérigraphiés montés sur de jolies portes et des ferrures intéressantes. J'ai bien sur pris les portes sérigraphiées et démonté toutes les ferrures. Un bon plan que je compte bien exploiter à fond. Quand nous sommes partis, un camion reculait au pied des meubles abandonnés, portes ouvertes. Je suis sure que je ne suis pas la seule à aimer les bons plans car même dépouillés, il reste toujours le bois qui vieilli, est très intéressant pour la restauration d'autres meubles.  

 

Mon petit tabouret de montagne

Didier, mon broc' favori, ne l'avait pas vendu, il me l'a donc cédé à un prix très, très modique ...
Il était rouge, écaillé, tristounet et fatigué et entièrement démonté. le pied était cassé. Il était bouffé par les vers. On a recollé le  pied. On l'a décapé à blanc car j'avais envie de découvrir les veines du bois. Parfois la patine, j'en ai marre, j'aime l'authentique surtout quand le bois est beau. On a ensuite choisi de la faire tremper en bain dans du produits anti-insectes en tous genres. Il a séché longtemps, longtemps, longtemps. Philippe a mis une entretoise car sa conception me paraissait un peu légère. J'ai ensuite préparé ma pâte à bois maison car celle du commerce finit par se fissurer dans le temps. Puis reponçage. J'ai enduit tout le tabouret avec la pâte à bois afin de remplir et de réparer tous les défauts. J'ai ensuite procédé dans les règles de l'art tel qu'un ébéniste l'aurait fait. Allez hop, un jet de fleurs ! Teinte à bois appliquée à la mèche de coton. Du fondur appliqué à la paille de fer en deux couches. De la cire appliquée elle aussi à la paille de fer 000 et hop. Je mettrai surement une petite plaque de métier, histoire de ... Mais je le trouve émouvant ce petit tabouret à l’architecture très particulière puisque les pieds tendent vers l'extérieur. 
Pas de quoi s'extasier, certes,  mais il est sobre, vrai et chargé d'histoires. Tout ce que j'aime !  
p7160457.jpg 

Des lampes démodées ...

Parfois, j'ai envie de changements mais comme je n'aime pas jeter, je réfléchis et je me lance. Mon mari dit toujours que quand j'ai un œil circulaire dans une pièce c'est que ça présage du
changement ! Je suis assise et mon œil tourne très vite en scrutant les objets. Puis il se pose sur un objet qui a fait son temps, qui est resté là car je ne veux pas jeter mais qui ne me plait plus puis je me lève, attrappe mes pinceaux et hop ...
Cette semaine, trois lampes ont été victimes de mon œil assassin !

La première : Elle était bleue en faïence. Je déteste le bleu en général. C'est une couleur froide  qui me fait penser à du vide. Pourquoi ? Je ne sais pas mais je déteste ! ,Elle avait un abat jour crème avec des fleurs séchées collées dessus. Mon dieu, quand j'y pense !  Je l'avais achetée comme ça car la forme du pied me plaisait. Je l'avais posée là en attendant ... Elle y est restée de nombreuses années mais là, c'était plus possible. La voilà dans son nouvel habit. Une sous couche, une peinture "blanc lin", un pochoir noir et un abat jour noir pour la sobriété. Maëva, ma fille, adolescente sans pitié adore. Donc c'est cool !p7160459.jpg
La deuxième : Je l'avais commandée quand ces  lampes étaient à la pointe de la mode. Quand elle était enfin arrivée au magasin, elle était cassée. La base était en mille morceaux. On me la proposa à 5 euros au lieu de 49 euros. Il fallait refaire une base. Philippe m'en a confectionné une en chêne. Les deux "galets" étaient dans les tons de marron. Celui du haut était Camel, et celui du bas marron foncé. L'abat jour était marron glacé avec un liseré doré. Berk, berk, berk. Je ne pouvais plus la supporter. Elle me sortait par les yeux. Qu'à cela ne tienne. Après une sous couche, j'ai utilisé pour la première fois un pot de peinture acheté chez le soldeur mais qui ne m'inspirait pas. "Autour de la soie", tout un programme. Je me suis quand même lancée et je ne suis pas déçue. Cette peinture imite l'aspect des pierres poreuses. On peut l'appliquer de deux manières : en lissant pour un rendu plus chic, ou en faisant des gestes à la manière des virgules pour un effet plus texturé. J'ai opté pour le second effet et je ne suis pas déçue. Le dessus de la base a été blanchie légèrement avec un jus blanc presque transparent. Je n'ai pas résisté à la tentation de coller deux anges trop mignons ! Voilà, voili
p7160458.jpg
La troisième : l'apothéose du mauvais goût pourtant je l'ai toujours adorée dans sa forme. Une coupe de fruits en guise de pied. Pourquoi pas?  mais à l'origine les fruits étaient de toutes les couleurs : rouges, bleus, verts, jaunes, etc. et le must, elle avait une douille en plastique doré ... Oups !  Trop c'est trop même si  je l’aime ma lampe insolite. J'en ai jamais vu nulle part ! Mais non ...je refuse de croire que c'est parce qu'elle est trop kitsch, mais plutôt uniquement parce qu'elle est rare !  Elle n'est pas tout à fait finie mais voici un avant gout ! La douille a été sous-couchée puis peinte en blanc-lin.  La base a été faite avec ma fameuse peinture "autour de la soie " (après la sous-couche, bien sûr) mais en méthode lissée. Les fruits ont été faits en noir mat. Les feuilles en peinture argent. Une légère patine blanche sur les fruits "ouverts". Et un effet de plusieurs cires métallisées sur les fruits (effet très discret et non aussi appuyés que sur la photo. Merci le flash). Un air sobre, et classe ... Il me reste le vernis mat à faire et une cire incolore et surtout à choisir un abat jour, surement noir pour rester dans le style !!!! Le foncé parfois ça fait classe ! 
p7160462.jpg
 


 

mon guéridon

J'ai acheté trois guéridons en bois brut aux enchères dans une usine qui fermait. Parfois, je fais des trucs dingues que je regrette un peu, rien qu'un peu !Trois guéridons de deux tailles différentes : un petit et deux un peu plus grands.  Mince, la place que ça prend. Le plus petit des trois a été installé dans ma chambre (nouvellement refaite mais pas encore tout à fait finie) avec ma jolie lampe Marocaine que j'aime et que j'adore. Un jour, j'ai pris mes pinceaux et je l'ai peint avec une peinture champagne, une cire incolore, pas de patine pour une fois !  Un joli cœur en ardoise "déco de
Noël"  acheté en soldes après les fêtes sur lequel un jour je ferai ujn transfert ou un pochoir ou peut être pas ... et quelques traces d'usure ... Oui, je sais le réveil radio est moche mais quand même bien pratique !!! 
p6220460.jpg
p6220461.jpg 

Un autre miroir : quand on aime ...

J'ai craqué pour ce miroir sur le net. Il fallait aller le chercher. Qu'à cela ne tienne, cela nous a fait une ballade !
Bon quand je suis arrivée, il était bien moins joli que sur la photo en ligne. Philippe m'a regardé avec le regard qui tue ! "Tu veux ça ??? T'es sure ???" Je ne pouvais pas me dégonfler, il fallait quej'assume ! En plus, on en a ramené un autre histoire de ne pas faire la route pour rien mais qui pour l'instant est dans l'atelier et va y rester un moment car il n'est pas dans mes priorités ...

Une photo avant (prise par le vendeur, moi j'ai oublié comme toujours !) :
cadrenoir.jpg
Il a été démonté dans un premier temps afin de préserver son miroir au mercure. Mon dieu qu'il était sale et habité ...
Les parties manquantes ont été refaites (il n'y avait plus de bas, les cotés étaient arachés, il manquait un postiche et la gloriette centrale avait été arrachée aussi). Une gloriette a été refaite reprenant le motif floral des cotés. Un boulot monstre qui m'a pris trois mois avec des interruptions afin de garder l'envie intacte de le refaire. Il a ensuite été enduit d'une sous couche puis repeint et patiné. Le miroir  a été 
soigneusement nettoyé en prenant garde de ne pas abîmer l'estampille "miroiterie Saint Gobain". il est daté et signé bien que  relativement illisible. On peut lire qu'il a été fait à Paris mais à
quelle adresse ? ;  le 4 Juillet mais de quelle année ? Le miroir est abîmé mais comme il est au mercure, il aurait été dommage de ne pas le garder même s'il n'est plus parfait ! Les panneaux
arrières en bois ont été remplacés car complètement pourris... Voilà, voili !!!
Puis le voilà après avec un patine faite de plusieurs produits et couleurs pour un rendu unique, pas mal mieux en réalité qu'en photo, maudit flash. Il ne restera pas chez moi mais ... je ne peux rien dire, c'est une
surprise ...

p6220450.jpgp6220452-2.jpgp6220454-2.jpg 

Ma nouvelle cuisine

Nous en avions marre de cette cuisine achetée 10 ans plus tôt. Une cuisine de qualité devait elle finir pour autant à la décharge ? Je ne pouvais m'y résoudre mais je ne savais pas quelle charge de travail cela pouvait représenter !!! TI-TA-NES-QUE !!!!
J'ai tardé un peu. On regardait les couleurs, les matières, etc. mais sans jamais sauter le pas. J'ai fureté sur le net. A vous lire, tout était si simple et si rapide ! La vérité est toute autre et je mets en 
garde. C'est un travail titanesque. Je ne recommencerai jamais même si je suis ravie de l'avoir fait !
1ère étape : le Démontage
Il faut démonter les façades. Enlever les charnières, les ferrures, etc.
2ème étape : le nettoyage
Ca c'est ce que j'ai détesté mais tellement important car le résultat final dépend de cette étape. Les façades ont été sorties sur la pelouse et frottées à la lessive Saint Mar, puis passées au spray "spécial cuicine", puis une fois sèches, elles ont été essuyées à l'acétone pour finir de dégraisser. Il a fallu ensuite faire les caissons restés en place à l'intérieur et à l'extérieur. Même si je suis
plutôt assez méticuleuse dans mon entretien quotidien, je dois dire que je n'aurais jamais imaginé que ma cuisine pisse être aussi graisseuse. Super désagrable à faire le nettoyage de prinmptemps 
3ème étape : le rebouchage
Important de reboucher les imperfections ou comme pour nous qui n'avions aucun défaut de bois, de reboucher les emplacement des ferrures qu'on ne remettra peut être pas.
4ème étape : le ponçage
Il est important de poncer légèrement le support surtout quand il est venis comme l'était le mien. cela permet une meilleure accroche. Pas la peine de mettre le bois à nu, non, il faut juste l'user.
5ème étape :  la sous couche
Nous avons opté pour une sous-couche de la marque Wash&Perle. Une sous-couche allemande de haute qualité pour fonds difficile à base de glycéro mais qui accepte toutes les peintures ensuite. Elle a l'avantage d'être solide et très étudiée pour les pièces difficiles telles que les cisines et les salle de bain
6ème étape : la peinture
A l'intérieur, nous avons opté pour une peinture glycéro gris perle en deux couches en égrénant léègèrement avec un papier de verre entre chacune afin d'enlever les éventuelles aspérités. Pourquoi une glycéro à l'ère où toput le monde jure pour l'acrylique ? Les intérieurs sont soumis aux rayures car on y entreprose des casseroles, couverts, etc. qu'on sort en rentre sans beaucoup de ménagement.Oui, au début, on se dit qu'on fera attention mais ça ne dure pas !!!
A l'extérieur, nous avons passé une peinture naturelle à base de craie et de chaux de la marque Luxens couleur Blanc Ivoire N°5. J'aime cette marque qui ets sans odeur et qui résiste bien dans le temps. Nous en avons passé trois couches en égrénant entre chacune. 
IMPORTANT : ne pas brûler les étapes, aller trop vite. Il est impératif de respecter le temps préconisé par le fabricant entre les couches. Une peinture insuffisament sèche risque de causer un 
problème de tenue ultéreure. 
7ème étape : la patine
J'ai fait une patine seulement sur les portes et tiroirs afin de les faire ressortir par rapport aux caissons. J'ai pris une couleur taupe pour faire mon glacis. 1/3 de peinture pour 2/3 d'eau.
Je l'ai passée sur l'ensemble des portes (juste en façade) et avant que ce glacis ne soit sec, j'ai essuyé les parties planes plus que les détails. Ce qui imite l'encrassement du temps. Ensuite,
j'ai pris Jo le grattoir suédois, mon fidèle ami, afin de gratter la peinture essentiellement sur les arrêtes afin d'accentuer l'effet d'usure.
8ème étape : Le vitrificateur
Pour une cuisine ou une salle de bain, il est impératif de vitrifier afin de rendre les surfaces lavables.
9ème étape : le remontage
Ouf, ça y est !!! On remonte. Que la cuisine parait grande et claire. C'est trop top. Presqu'oubliés le netoyage et les dizaines d'heures de travail pour arriver à cette étape.
10ème étape : le vitrificateur
Dans les pièces dites humides telles que la cuisine et la salle de bain, il est essentiel de vitrifier. Nous avons pris un vitrificateur à parquets "usage intensif". Trois couches à deux heures
d'intervalle. Ne pas excéder 48 heuires entre deux couches car le vitrificateur en séchant forme une barrière inrecouvrable. Si votre vitrificateur n'est pas ssez sec (si on croise par exemple), il fait des bouloches. Pas de panique. Il faut attendre que ça sèche et poncer légèrement. Il faut égrénéer comme pour la peinture entre les couches. 
Il ne reste plus qu'à choisir les nouvelles ferrures et boutons. J'ai opté pour les modèles coordonnés (poignées et boutons) de chez I.....
Nous avons mis sur toutes les étagères des tapis en caoutchouc (?) toujours de chez le Suédois afin de les préserver des frottements. Puis, il a fallu tout ranger !!!!
Il reste ncore quelques petites choses à faire. la pendule en bois à patiner de la même couleur que la cuisine, la fenêtre et les deux portes. On y travaille mais déjà une petite idée du tavail réalisé...

Avant (j'ai failli oublier la photo mais mieux vaut tard que ...), une cuisine sombre et étouffante  :
p5290434.jpgp5290438.jpg 

Après une cuisine claire et aérée (les plans de travail ont été rééquipés au minimum, les bibelots ont disparu !) :
Il manque le conduit de la hotte qui a été remonté depuis (1ère photo) !!! Le bandeau autours du plan de travail a été laissé dans sa couleur d'origine volontairement car la cuisine cohabite avec  un comptoir de métier en chêne et je trouvais important de rappeler les meubles anciens auxquels je ne touche jamais de crainte de les dénaturer. La mode du clair n'étant peut êtrre pas éternelle. J'allie donc le moderne et l'ancien !
p6100440.jpg
p6100444.jpg
Un petit détail même si le flash exacerbe les détails qui sont plus fondus en réalité :
p6100445.jpg 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site